L’allaitement et ses risques: dans quels cas vaut-il mieux ne pas allaiter ?

Il existe des cas exceptionnels où il est recommandé à la mère de ne pas ou plus allaiter l’enfant. En effet, si certaines femmes se donnent des raisons de ne plus allaiter leur enfant, il faut savoir que certaines situations entraîneront une interdiction stricte de la part de votre médecin d’allaiter.

 

Voici les cas où il vaut mieux ne pas allaiter

 

  • Une mère séropositive

Il est interdit pour une femme séropositive d’allaiter parce que le virus pourrait transiter par le lait maternel et contaminer l’enfant. A ce moment, il est recommandé d’avoir recours à l’allaitement artificiel.

  • Lésions d’herpès sur la poitrine

Un bébé en contact avec le virus d’herpès est très vite contaminé. Son foie et son cerveau seront attaqués et cela pourra conduire à la mort de votre nouveau-né. Il est également recommandé d’interdire aux gens d’embrasser votre nouveau-né. En cas d’herpès oral ou génital, portez toujours un masque.

  • Mère tuberculeuse

Une mère portant le bacille de Koch et allaitant expose son enfant à un grave danger. Le nouveau-né pourrait alors contracter la tuberculose qui s’attaquera à ses poumons et mettra sa vie en danger. Le mieux pour la femme à ce moment est de ne plus allaiter l’enfant et d’être à l’écart de ce dernier, jusqu’à ce que les risques de contagion disparaissent.

Si la mère suit une thérapie, le bébé doit cesser d’être nourri au sein durant la période où sa mère suit un traitement à base des produits radioactifs, que ce soit dans le cadre d’un diagnostic ou d’une thérapie.

  • Maladie cardio vasculaire, respiratoire sévère ou rénale

Si vous êtes victime d’une de ces maladies, le mieux pour vous et votre bébé serait que vous ne lui donnez plus de lait maternel, car cela peut aggraver votre maladie et rendre les choses plus compliquées pour votre bébé.

  • Un bébé atteint de galactosémie congénitale ou la phénylcétonurie

La galactosémie est une maladie rare, qui empêche le bébé digérer le lactose. Ainsi, que ce soit le lait maternel ou tout autre lait infantile, votre bébé ne sera pas capable de l’assimiler. Pour ce qui est de la phénylcétonurie une autre maladie liée à la digestion, il est recommandé de donner du sein à votre nouveau-né, mais de l’additionner avec du lait en poudre sans phénylamine.

 

Quelques fausses raisons d’interrompre l’allaitement maternel

 

  • Nouvelle grossesse

Vous n’avez aucune raison de cesser d’allaiter votre enfant si vous avez une nouvelle grossesse, contrairement à ce qui se dit. Il est vrai que pendant une grossesse, la production de lait maternel est réduite, mais continuez de donner du sein à votre bébé. Il est possible que de son propre gré il abandonne. Dans le cas contraire, prenez le temps de le sevrer normalement.

  • Enfant malade

Sauf en cas de maladies citées plus haut, il n’y a aucune raison de cesser d’allaiter votre enfant s’il n’est pas en bonne santé. Le lait maternel peut même à ce moment apparaitre comme une solution pour accélérer sa guérison, notamment grâce à ses propriétés, mais aussi grâce au réconfort que vous apporterez à votre enfant en lui donnant le sein.

Pour plein d’autres conseils sur l’allaitement et la maternité je vous conseille de vous rendre sur le site Mpedia.fr.

This article was written by Stéphanie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *